skip to Main Content

Design

Comment la restructurer et la moderniser sans perdre l’âme du bâtiment ? En allant à l’essentiel. Et l’essentiel réside dans la position : la plus belle vue de la région !

Nichée sur la pente qui surplombe la rivière Candigliano, la vue à 180° des terrasses de La Forestale est unique et fantastique, à gauche, dans l’axe du canyon du Furlo, de face, la beauté sauvage du Paganuccio et à droite les collines typiques des Marches.

Ce parti-pris a influencé tout le projet architectural : maximiser les terrasses, ouvrir la vue au maximum sur les montagnes avoisinantes par de grandes baies vitrées, favoriser la porosité entre intérieur et extérieur. S’immerger dans la nature, toucher du doigt la lisière de la forêt.

Les influences culturelles ont fait le reste : inspirée de la philosophie du Bauhaus (un livre de chevet de la jeunesse de Don Merlino), pureté des lignes (aahhhh le pavillon barcelonais de Mies Van der Rohe), minimalisme (le fameux “Less is More”), fonctionnalisme (pas de place pour le beau inutile).
Un projet sous le signe aussi du Mouvement des Colibris de Pierre Rabhi : la sobriété heureuse ! L’esthétique de la simplicité.

Et en homme du nord, un besoin irrépressible de luminosité : maximiser les ouvertures, laisser entrer la lumière pour augmenter le confort de vie et diminuer les consommation électriques.
La Forestale est conçue pour laisser à ses visiteurs le souvenir d’une expérience différente, faite d’émerveillement et de partage des valeurs portées par le projet. Retrouver le bonheur des plaisirs simples. Et le sens de la vie ?

Back To Top